Cabinet de Psychothérapie & de Naturopathie à AVRANCHES › 06 85 19 16 66

Psychosomatique clinique

Psychosomatique clinique 2017-12-18T16:30:27+00:00

Présentation

Notre médecine occidentale scientifique considère que ce qui est mesurable et bien visible sur le corps. Tout ce qui  relève de l’esprit invisible et de la psychologie est confiée aux psychologues et spécialistes de la psychothérapie qui eux ne s’occupent pas du corps. Le système de santé fonctionne ainsi. La technologie médicale a tellement évolué que notre santé a été confiée à des spécialistes très performants dans leurs domaines ne pouvant s’occuper que d’une partie de notre problématique. Nous nous  sentons morcelés et nous cherchons naturellement à relier tout ce que nous ressentons.

La psychosomatique clinique tente de réunir dans une seule approche globale les aspects  visibles et invisibles de notre esprit. Elle propose de faire des liens entre les événements passés et nos symptômes présents pour comprendre pourquoi nous sommes tombés malades à un moment donné. Selon les dernières découvertes de la science, en effet, le corps et l’esprit fonctionnent dans une profonde collaboration pour conserver notre équilibre et notre santé.

Mais lorsque les événements sont trop durs ou qu’une situation nous a déstabilisé notre corps est perturbé. Il signale alors son déséquilibre par un symptôme voire une maladie si la situation n’est pas dépassée.

Cette considération de l’être humain dans sa globalité psychocorporelle et son intégration dans l’univers datent depuis des millénaires en tant que tradition orale dans le Veda en Inde, le Tao en Asie et le chamanisme. Dans les pays orientaux, la psychosomatique était une évidence tant médecine et philosophie étaient profondément mêlées.

En occident, la psychosomatique est née avec Hippocrate quatre siècles avant Jésus Christ  puis a disparu pendant quelques millénaires pour resurgir au XXème siècle avec les médecins psychanalystes  Freud, Jung et Reich, le médecin psychosomaticien Groddeck, le psychothérapeute bioenergéticien Lowen.

De nos jours, le psychosomatique clinique s’inspire de différentes théories décrites par différents chercheurs, cliniciens et neuroscientifiques : Dr Hamer et la loi d’Airain du cancer et les foyers de Hamer, Dr Claude Sabbah et la biologie totale des êtres vivants, Marc Frechet et le projet-sens,  les cycles biologiques cellulaires mémorises, le bio-psycho-généalogie, Léon Renard et la psycho-immunologie,  Roger Fiammetti et l’approche ostéopathique somato-émotionnelle, Christian flèche et le biodécodage, la bio-psycho-thérapie, Dr Salomon Sellam et la psychosomatique clinique, Michel Odoul et la psycho-énergétique.

Principes fondamentaux

  1. Il existe un système de régulation physiologique de notre équilibre qui assure notre survie en maintenant nos constantes biologiques sanguines et hormonales sans participation de notre pensée.
  2. Il existe de la même façon un système de régulation des tensions psychiques qui intervient dès que celles-ci atteignent un seuil limite dangereux pour notre santé  mentale. Lorsque qu’il y a une surtension psychique il y a conversion de l’excès de tension en tension physique plus tolérable pour l’organisme. C’est la maladie.
  3. La maladie a un sens psychosomatique car elle révèle une surtension psychique.
  4. Le déclenchement de la maladie peut être brutal si le choc psychologique est un traumatisme, ou progressif s’il s’agit d’un conflit chronique. Il est toujours vécu comme dramatique, inattendu, dans l’isolement et sans solution immédiate.
  5. Les origines de notre mal-être sont plantées depuis l’histoire de nos ancêtres sur plusieurs générations, dans notre vie intra-utérine ainsi que toute notre enfance et vie passée.
  6. La maladie a un sens. Ce sens caché est fortement relié à la fonction de l’organe, à la symbolique du corps, au traumatisme, etc. Etant donné que ce sens à décoder est inscrit dans la biologie (c’est-à-dire qu’il emprunte des voies biochimiques, neurologiques, endocriniennes, etc.), on parle de « sens biologique des maladies ». Les symptômes disent d’une façon symbolique ce que nous n’avons pas pu exprimer en temps utile.
  7. La prévention psychosomatique consiste à empêcher la conscience d’être submergée par des conflits susceptibles de provoquer une maladie et, pour cela l’exploration de notre histoire et de celle de nos ancêtres est capitale.

Tout ce qui n’est pas exprimé est imprimé dans le corps

Quelques notions

La Loi d’Airain du Cancer :  Cette loi dont le Syndrome Dirk Hamer est la clef, l’axe principal, s’énonce comme suit : Tout cancer commence par un DHS, c’est-à-dire par un choc extrêmement brutal, un conflit aigu et dramatique vécu dans l’isolement, et perçu par le malade comme l’un des plus sérieux jamais vécus. C’est le degré subjectif du conflit (la manière dont le malade l’a éprouvé au moment du DHS) et non le préjudice objectif qui est déterminant. Un Foyer de Hamer apparaît alors dans la région spécifique du cerveau qui sous l’influence du choc psychique, souffre d’une dégradation et donne des directives apparemment anarchiques aux cellules de l’organe dépendant de cette région.

Le Projet-sens : La période qui précède la conception et l’instant T de celle-ci est chargée d’éléments signifiants pour le devenir de l’être qui prend corps. Les chinois considèrent que cette période est la base du projet d’incarnation. Le projet-sens est une projection inconsciente des parents sur l’enfant sur laquelle le bébé conçu construira son identité et son devenir. Toute sa vie, il exprimera le sens qui était contenu dans le projet de ses parents au moment de la conception. Cette projection étant inconsciente et automatisée, ni l’enfant ni les parents ne sont coupables. Ce concept est issu des travaux du psychologue clinicien Marc Fréchet.Le projet sens est l’étude comparée entre notre vie jusqu’à aujourd’hui et une période allant depuis 9 mois avant le désir de papa et de maman de nous procréer jusqu’à 9 mois après notre naissance.

Les Cycles biologiques mémorisés : La manifestation de l’empreinte de naissance dans l’existence va se jouer par répétition dans des Cycles de Vie : c’est la seconde notion développée par Marc Fréchet. Le Cycle d’Autonomie correspond à toute la période entre la naissance et la séparation d’avec la famille nourricière. Les Cycles Harmoniques sont fondés sur le constat que les événements de la vie sont reliés entre eux, dans la durée, par une logique musicale d’octave, de tierce, de quinte…

L’accent de l’analyse psychosomatique est mis sur la tonalité affective dans laquelle sont ressentis les événements vécus. Face au même phénomène, les interprétations que l’on en fait peuvent être radicalement différentes d’un sujet à l’autre. Ce n’est pas l’événement en lui-même qui nous ennuie ou nous rend malade, mais son interprétation. Ainsi, l’important est de rechercher  comment le patient a vécu et ressenti l’événement qui l’a choqué, la manière dont il l’a interprété. A ce titre, en interprétant autrement l’événement dramatique vécu, la guérison peut être enclenchée.

Pour illustrer cette notion de vécu/ressenti, on peut prendre l’exemple du décès d’un proche : en fonction du ressenti de la personne, la localisation des symptômes sera différente. Le même événement, en l’occurrence un deuil, peut été ressenti comme une « séparation », un « abandon »,  une « perte »,  un « soulagement », etc. ou encore un autre ressenti, selon les individus. Le même événement vécu pouvant provoquer des ressentis différents, différentes maladies peuvent en résulter : un eczéma pour un conflit de séparation (physiologiquement, la peau est une surface de séparation et de contact), une atteinte des organes sexuelles pour un conflit de perte (les gonades permettent de procréer et donc de remplacer l’être cher perdu …), une atteinte du tissu adipeux pour un conflit d’abandon (la sensation d’être seul et en danger permanent isolé de l’être cher entraîne un besoin de stocker ou se protéger …)