Cabinet de Psychothérapie & de Naturopathie à AVRANCHES › 06 85 19 16 66

Déroulement d’une séance d’hypnose

Déroulement d’une séance d’hypnose 2018-01-31T12:34:40+00:00

Une séance dure 45 minutes. Après un entretien préalable, l’hypnopraticien pratique  une induction (ou activation du processus hypnotique ou dissociation).

L’induction hypnotique : Le patient s’installe dans la position la plus adaptée pour lui de façon à faciliter l’induction hypnotique. Le plus souvent il est invité à fermer les yeux. Assis sur une chaise à côté de lui, l’hypnopraticien converse tranquillement avec le patient, tout en favorisant la dissociation (état hypnotique). Le praticien utilise des techniques verbales et non-verbales et accompagne le patient en lui proposant de prendre conscience de ses perceptions (ici et maintenant) : sa position, sa respiration, les sons perçus, et toutes sortes de phénomènes dont on peut prendre conscience. De nombreuses techniques peuvent être utilisées : la confusion, la fixation d’attention sur une image ou une situation… Certains praticiens utilisent un équipement sonore qui diffuse une musique apaisante, et parlent d’une voix douce et monocorde. L’hypnopraticien s’efforce de focaliser l’attention du patient et l’amplifie en relevant et en soulignant les premières réactions hypnotiques (indicateurs de transe) : respiration ralentie, relâchement musculaire, déglutition, mouvements inconscients, mouvements des paupières, … tout en suggérant que ces réactions peuvent aller en s’intensifiant (ratification et attitude permissive). La transition entre conversation banale et hypnotique est progressive et subtile. Le praticien peut vérifier l’état de la personne en lui demandant de lever une main ou de croiser les doigts. Si elle répond à la demande, c’est qu’elle se trouve bien en transe hypnotique.

Le contenu de la séance est orientée selon l’indication et l’objectif, le patient étant l’acteur principal. Ensuite le praticien peut utiliser différents outils de communication des suggestions directes (« Votre douleur au bras disparaît ») ou indirectes (« Vous êtes dans un endroit agréable »), des métaphores … Le patient peut alors accéder aux ressources de son inconscient : c’est dire que le sujet est totalement respecté dans sa structure psychique, et qu’il trouve, lui-même, la réponse à son problème, dans la gamme de ses capacités personnelles.

Certains patients préfèrent garder le silence pendant la séance alors que d’autres ressentiront le besoin d’échanger avec l’hypnopraticien ce qu’ils sont en train d’expérimenter. Les émotions ressenties pendant la transe sont souvent adoucies, comme mises à distance, ce qui permet de les vivre avec plus de sérénité. Elles peuvent, toutefois, se manifester à travers des microexpressions faciales et parfois des larmes (non spécifiques de l’hypnose).

Exemple : un homme vivant mal l’approche de la retraite a retrouvé sous hypnose le souvenir d’autres changements (entrée à l’école primaire ou secondaire, à l’université, mariage, enfants, etc.). Avec le praticien, il va analyser ses résistances, mais aussi les bénéfices de ces changements pour construire un « scénario idéal » qui lui permettra d’effectuer une transformation intérieure positive.

La sortie de l’état hypnotique : elle vient en miroir de l’induction et permet au patient de revenir ≪ ici ≫, c’est –à-dire vers le lieu où il se situe, et ≪ maintenant ≫, c’est-à-dire dans le moment présent. Le patient se réveille en douceur au terme d’un compte à rebours, pour retrouver le contrôle de ses muscles et revenir à la réalité sans sensation de malaise.

L’entretien post hynotique : Le patient est invite s’il le souhaite à exprimer son vécu de l’expérience ce qui permet à l’hypnopraticien d’adapter au mieux ses techniques lors des séances ultérieures.

Auto-hypnose

Certains chercheurs en hypnose considèrent que toute hypnose est auto-hypnose dans la mesure où le sujet hypnotisé est, en dernier recours, celui qui décide du déroulement de la transe. L’auto-hypnose est à la fois un outil et une discipline pour une bonne hygiène de vie. Bien qu’une séance d’auto-hypnose se déroule selon les mêmes principes qu’une séance d’hypnose avec un hypnopraticien, il y a quelques différences. Pour apprendre des techniques d’auto-hypnose, il existe des livres. Néanmoins, la manière la plus sûre d’apprendre l’auto-hypnose est de faire quelques séances d’hypnose avec un hypnopraticien, afin d’expérimenter l’hypnose pour apprécier comment vous entrez en transe, la façon dont se déroule la séance… afin d’apprendre à partir de l’expérience.
Le patient pourra par la suite produire volontairement l’état d’hypnose afin d’accéder directement à ses ressources et capacités, tout en contournant les résistances naturelles telles que le doute, l’inquiétude, la peur, etc., qui empêchent d’aller de l’avant.