Cabinet de Psychothérapie & de Naturopathie à AVRANCHES › 06 85 19 16 66

Le stress en fonction du sexe et de l’âge

Le stress en fonction du sexe et de l’âge 2018-01-30T15:56:56+00:00

Le stress chez la femme

Le rythme de vie des femmes est souvent plus soutenu. Les femmes ont souvent beaucoup de choses à assumer : le travail, les soins et l’éducation des enfants, les travaux ménagers …  Entre toutes ses tâches il leur reste parfois peu de temps pour elles. Le stress peut donc arriver rapidement.
Le risque de stress est d’autant plus élevé si la femme travaille avec des horaires décalées ou occupe un poste qui ne correspond pas à ses compétences (trop ou pas assez exigent).
Les jeunes femmes semblent moins stressées car ont souvent des ressources importantes. Dans une même situation, elles courent moins de risque que les hommes de développer des symptômes de stress.
Cependant, après la ménopause, cette inégalité est inversée et les femmes seraient plus stressées. Ce sont des résultats relevés par une équipe de chercheurs allemands. Ils font alors l’hypothèse que les œstrogènes, permettraient de mieux gérer le stress.
Cette hypothèse reste encore à confirmer par d’autres travaux.

Le stress chez l’homme

L’homme a parfois des fonctions importantes au travail qui demandent une grande responsabilité. Ils doivent trouver le mixte entre réussite professionnelle et personnelle.
Si l’homme se sent débordé par tout cela car son organisme n’arrive plus à s’adapter à toutes ces demandes, le stress peut s’installer.

Les hommes ne vont pas avoir la même réaction au stress que les femmes . Tandis que les femmes développent plutôt de l’anxiété, les hommes réagissent par de la colère et de l’agressivité.
Concernant les réactions extrêmes au stress, les femmes développent plus facilement des dépressions tandis que les hommes montre plus de problèmes d’alcoolisme et dans les cas extrême il est important de noter que le nombre de suicide chez les hommes est largement supérieur aux femmes.

Le stress chez l’enfant

On en parle très peu car au mot stress on associe souvent le travail mais les enfants, eux aussi, peuvent être touchés par le stress.
Différents facteurs peuvent être à l’origine du stress chez l’enfant. L’enfant peut ressentir temporairement du stress lors d’un changement important des habitudes, par exemple la naissance d’un frère ou d’une sœur, un déménagement, un événement émotionnel, par exemple le décès d’un proche ou la séparation des parents.
Les enfants peuvent aussi souffrir de stress chronique lorsque des situations problématiques persistent, par exemple : de la maltraitance ou de la pression prolongée quant aux résultats scolaires.
Les signes du stress chez l’enfant peuvent être comportementaux, tels que l’isolement ou l’agressivité, ainsi que psychosomatiques (maux de ventre ou de tête). Le stress, surtout chez les tout petits, peut aussi se traduire par un retard de développement.
Il est important de repérer et traiter le stress chez l’enfant afin d’éviter les troubles du développement. Pour cela, l’enfant doit pouvoir s’apaiser. Il a besoin de moments pour se ressourcer dans les bras de ses parents ou dans son sommeil.
Il est aussi important de l’écouter pour savoir ce qui est difficile pour lui. Un psychologue peut aussi l’aider à déterminer ses sources d’angoisse ou de colère et l’aider à s’apaiser.

Le stress chez l’adolescent

L’adolescence est une période de grand changement corporel, émotionnel et social. Ces transformations rapides associées à différents sentiments ne sont pas toujours faciles à gérer et peuvent amener du stress chez l’adolescent.
De plus, les examens prennent une nouvelle importance puisqu’ils déterminent la suite du parcours scolaires, puis l’orientation professionnelle. Le jeune stresse d’autant plus pour avoir son brevet, puis son bac, car son avenir en dépend.
S’il se met des objectifs trop hauts ou si on exerce trop de pression sur lui, il peut vite se sentir pas capable de répondre à ces exigences.
Le stress s’installe chez l’adolescent par des maux de ventre ou de tête, des troubles du sommeil, de l’isolement ou de l’agressivité…
Les formes extrêmes du stress peuvent être de la violence importante, des fugues et de l’absentéisme scolaire.
Mais le stress peut aussi se retourner contre l’adolescent lui-même : il peut présenter des formes d’automutilation (se faire mal lui-même), développer une dépression ou faire des tentatives de suicide.
Les tentatives de suicide ne reflètent pas forcément une envie de mourir mais le souhait que cet état de mal-être s’arrête.